У этого сайта нет Русской версии.

 Если какой-либо документ, размещенный здесь, необходим Вам в русском переводе - обращайтесь к нам.

 

Mais où va donc notre Exarchat ?

L’Archevêché des Eglises Orthodoxes Russes en Europe Occidentale
en quête d’identité ?

La synthèse de ses idées est toujours un exercice délicat mais salutaire. Voilà celle que je souhaite partager avec ceux qui voudront bien en prendre connaissance. Je tiens également à  préciser que je le fais à titre strictement personnel.

Une assez simple analyse des événements vécus depuis la mort de Monseigneur Serge de bienheureuse mémoire nous fait comprendre la situation qui s’impose à nous maintenant. Son décès, et les débats qui s’en suivirent, ont été les terribles révélateurs des ambitions calculées d’un certain nombre de personnes quant à l’évolution et à l’avenir de notre Archevêché.

Le constat est simple : les 2 dernières Assemblées Générales de notre Archevêché, tant celle qui a procédé à l’élection de Monseigneur Gabriel, que celle qui a profondément remanié notre Administration diocésaine, apparaissent clairement comme  le point de départ de la rupture de l’équilibre subtil qui nous permettait de sauvegarder l’essentiel et de vivre dans la paix.

En fait, depuis quelque temps déjà, Assemblées Générales et votes n’avaient pas vraiment une importance stratégique majeure. Il fallait surtout choisir des hommes dans le cadre d’une ligne à peu près claire que l’on pouvait résumer de la façon suivante : nous sommes russes ou de tradition russe et nous attendons prudemment, mais activement, de voir comment et quand nous pourrions nous rapprocher davantage du Patriarcat de Moscou, voire même de l’Eglise hors frontières.  Autour de ce quasi consensus, la confiance semblait régner… L’existence de courants, peu connus du grand public, ne semblait pas devoir bouleverser l’ordre des choses .

En réalité, « mine de rien », une fraction influente et organisée de l’Archevêché, animée par quelques penseurs discrets et visionnaires, a en effet décidé de rompre cet équilibre en provoquant, sans explication ni débat, un changement radical d’orientation. A cet égard, le refus de poursuivre le dialogue, officiellement  rétabli par Monseigneur Serge, avec le Patriarcat de Moscou est une gravissime erreur dont hélas on est loin de pouvoir mesurer aujourd’hui toutes les conséquences.

Ces têtes pensantes croyaient certainement arriver à leurs fins, prendre le pouvoir, sans avoir à s’expliquer sur  leur vision de l’orthodoxie. Ils espéraient profiter de la méconnaissance du sujet, de la confidentialité du débat et de la léthargie ambiante pour passer en douceur. Finalement, ils n’ont pu obtenir qu’un pouvoir temporaire sans réussir à escamoter le débat essentiel,  qu’ils n’avaient  pas le droit de vouloir  confisquer.

L’apparition d’un nouveau mouvement, actif et en plein essor, l’OLTR, a permis de dévoiler la  stratégie du « coucou »  de ces conquérants d’une soi disant « nouvelle orthodoxie » les conduisant maintenant à réagir brutalement dans bien des circonstances. Etrangement, à ce stade, face à la proposition du Patriarche Alexis II de créer une Métropole indépendante, ils ne peuvent pas ou ne veulent pas nous expliquer clairement en quoi  consiste leur projet, ni comment et avec qui ils comptent le réaliser. Avec tous sauf les Russes ?

Pourtant, même le Cardinal Kasper, à l’occasion d’une conférence donnée à Moscou le 20 février 2004, disait: « L’Eglise orthodoxe russe est non seulement en nombre la plus importante des Eglises orthodoxes, mais par la richesse spirituelle et culturelle de sa tradition, elle est aussi une grande Eglise qui a droit à notre estime et à notre respect ». Je regrette profondément que certains dans notre Archevêché ne partagent pas encore toute la pertinence de cette analyse !

S.A. Kapnist
le 18 Octobre 2004

BuiltWithNOF

Tous les textes publiés sur ce site le sont avec l’autorisation de leurs auteurs.
La reproduction des textes placés sur ce site est soumise à l’autorisation de leurs auteurs.
La reproduction des communiqués ou du bulletin de l’OLTR est soumise à l’autorisation du président de l’OLTR.

[Accueil] [Bienvenue!] [Qui sommes-nous ?] [Documents] [Les Tables Rondes] [Publications] [Chroniques] [Contacts et liens] [ANNONCES]